Capture d’écran 2016-02-23 à 13.57.17

Devenir femme

10 min / Par Camille Cohignac / Le 23 février 2016 à 20 h 10 min

Lydia s’est fait opérer pour changer de sexe. Elle nous raconte son parcours de son enfance à aujourd’hui. Portrait.


C’est dans un petit restaurant LGBT friendly où elle a ses habitudes que Lydia nous a accueillis pour nous raconter son histoire. Cette retraitée de 60 ans, aujourd’hui épanouie, a entamé la démarche pour changer de sexe en 2010, après avoir vécu pendant 55 ans dans un corps masculin qui ne lui correspondait pas.

« Dans ce corps que m’avait donné la nature battait le cœur d’une femme »

Enfant, Lydia est déjà consciente que quelque chose ne va pas en elle sans pouvoir mettre de mots dessus. « Je fais partie d’une génération où on n’avait pas tous ces magazines, ces reportages d’information. À l’époque, on ne parlait pas de transsexualisme, je ne savais pas ce que c’était et ce n’était pas un sujet qu’on abordait à table. Aujourd’hui, c’est plus facile ». À l’adolescence, elle se rend en secret dans les boutiques féminines pour « chaparder » des sous-vêtements féminins. Un besoin incontrôlable qu’elle prend alors pour du fétichisme.

symbole masculin-CC0-Freepik

Lydia a construit sa vie, victime de cette ambiguïté. « Au quotidien, je ne m’habillais pas comme une femme mais je sortais de temps en temps comme un travesti avec mes amies » un terme dont elle a horreur pour parler d’elle. « Le travesti s’habille comme une fille pour assouvir un fantasme ou pour s’amuser. Mais moi je me sentais plus travesti quand je rentrais chez moi le soir après ma soirée et que je me rhabillais en mec ». Toujours homme à l’époque, elle se marie à une femme avec qui elle a deux enfants. Mais suite à un déménagement en 1992, c’est le déclic. « Tout ça s’est réveillé d’un coup », nous raconte-t-elle, « ça s’est traduit par une dépression très importante, j’ai été suivie par des psys pendant presque 10 ans. Pendant tout ce temps-là, je savais qu’il y avait un problème, que dans ce corps que m’avait donné la nature battait le cœur d’une femme. Je l’ai toujours su, mais sans pouvoir mettre un mot dessus jusqu’au jour où je n’ai plus supporté de me regarder dans une glace, de vivre comme j’étais. Alors en 2010 j’ai fait une tentative de suicide. »

« La poitrine qui se développe, les hanches qui s’élargissent les poils qui deviennent plus fins »

Camille Cohignac

 

Ce service d'échange avec les journalistes est réservé aux abonnés !

Je m'abonneJe suis déjà inscrit